EUR USD

Suite à l’annonce de la BCI – Banque Centrale d’Israël – le 14/01/2021, l’USD fait un bond de 2.50 % et remonte à 3.20 ILS, tandis que dans le même temps l’EUR remonte à 3.87 ILS ; plus tôt dans la semaine il passait sous la barre fatidique des 3.80 ILS.

L’annonce de la BCI ? Son intention de faire l’achat de 30 milliards d’USD en 2021, décision prise après une chute supplémentaire de l’USD tombant à 3.116 ILS.

Changement de politique monétaire au sein de la BCI ?
Après une chute supplémentaire de l’USD et de l’EUR le 14/01/2021, la BCI a fait une annonce pour le moins surprenante, son intention de faire l’achat de 30 milliards d’USD au cours de l’année 2021.

Et les réactions ne se sont pas faites attendre : + 2.50 % pour l’USD qui grimpe à 3.20 ILS après avoir chuté à 3.114 ILS plus tôt dans la journée ; l’EUR reprend 2 % pour atteindre les 3.87 ILS.

Par cette annonce, la BCI souhaite donner un signal fort face à la dépréciation des principales devises face à l’ILS, mais aussi en raison de la crise économique touchant pratiquement tous les secteurs et tous les pays en raison du contexte sanitaire actuel.

Rappelons que peu avant cette annonce, l’ILS enregistrait une hausse supplémentaire face aux principales devises.
De fait, l’ILS n’a eu de cesse de se renforcer face aux principales devises ramenant l’USD à 3.114 ILS, soit son plus bas taux depuis avril 1996.
En 2020, l’USD a faibli de 7 % face à l’ILS ; pis, au cours des deux premières semaines de 2021, le phénomène s’est accéléré avec une chute supplémentaire de 2.60 %.
L’EUR n’a pas non plus été épargné, chutant à 3.785 ILS soit son  plus bas niveau depuis le mois d’avril 2020, au cœur du premier confinement ; même constat pour la Pound qui avait également chuté au taux de 4.254 ILS.

C’est dans ce contexte et après plusieurs journées de discussions que la BCI a pris la décision d’intervenir sur le marché des devises.
Au cours des derniers mois, et en raison d’une balance des exportations excédentaire, mais aussi d’investissements étrangers en hausse dans le pays à la faveur d’une obligation israélienne continuant à délivrer des rendements intéressants, des quantités astronomiques de devises étrangères ont été déversées en Israël.

Rappelons également qu’Israël a dernièrement intégré l’indice FTSE – WGBI en anglais -, indice obligataire pondéré en fonction de la capitalisation boursière, composé des marchés des obligations d’État de plusieurs pays. L’éligibilité d’un pays y est fonction de critères de capitalisation boursière et de capacité d’investissement.
La conjonction de ces différents phénomènes a eu pour conséquence de doper l’ILS.

C’est forte de ces différents constats, que la BCI a jugé qu’il était nécessaire de continuer à s’ingérer sur le marché des Devises en 2021, afin de permettre de soutenir la reprise économique.
Pour bien saisir l’importance de cette décision, il convient de rappeler qu’en 2020, la BCI n’avait fait l’acquisition que de 21 milliards d’USD.

La BCI a par ailleurs fait savoir qu’elle continuerait à s’ingérer tant qu’elle le jugera nécessaire et utile pour stabiliser les cours de change, l’Économie et permettre la compétitivité des entreprises israéliennes en matière d’exportations ; en ce sens, elle a déjà fait savoir que fin 2021 elle réévaluera sa politique à venir pour 2022.

Sa décision à bien évidemment été saluée par les acteurs économiques, tout particulièrement ceux du secteur de la Hi-Tech, pour lesquels la vigueur de l’ILS devenait plus que préoccupante.
Toutefois, ces derniers estiment que des efforts supplémentaires doivent également être entrepris sur le plan fiscal afin d’encourager les exportations du pays et d’éviter d’être trop durement frappés par la crise de la Covid-19 sur le plan économique.

Cette mesure s’inscrit dans un ensemble de dispositions prises par la BCI visant à parer une éventuelle crise Économique ou tout du moins la limiter en raison de la Covid-19 ; rappelons que de nouvelles dispositions sont également actuellement prises sur le plan des crédits immobiliers.

Write a comment