banque sociale

Un Bureau dernièrement créé fournit déjà ses services à la première banque en ligne existante et force est de constater qu’il devrait permettre de réduire considérablement les coûts liés aux services de e-banking.

Récemment, la première banque sociale a été créée ; elle a reçu une licence du Contrôleur des marchés financiers pour fournir des services aux épargnants et des solutions de financement.
Sommes-nous entrés dans une nouvelle Ère ?

Peu après la création de la première banque digitale, ainsi que celle de la première banque sociale, l’on peut légitimement se demander si de nouvelles banques – d’un nouveau genre – vont prochainement voir le jour en Israël.

En effet, le 12/04/2021, la BCI – Banque Centrale d’Israël – conjointement avec le ministère des Finances faisait une annonce retentissante à savoir la création d’un nouveau Bureau en charge d’apporter un support technique et informatique aux instituts financiers officiant en Israël.

La mise sur pieds de ce Bureau fait suite à un appel d’offres passé auprès de différents acteurs de la Fintech israélienne et remporté par TCS qui en assure tout le support technique sous la tutelle de la BCI.

Le Bureau fraîchement lancé fournit déjà ses services à la première banque en ligne existante et force est de constater qu’il devrait permettre d’en réduire considérablement les coûts liés aux services de e-banking.

Pourtant, la tâche est ardue !

De fait, la création d’une telle entité est un véritable défi technologique qui devrait toutefois permettre de lever des barrières importantes qui ont jusqu’à présent constitué un frein majeur à l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché bancaire.

En ce sens, ce Bureau répond à différents impératifs de la BCI, notamment celui de permettre aux banques de faire face aux défis technologiques qui s’imposent à elles, mais également de favoriser la Concurrence sur un Marché qui souffre de son absence.

Pour la BCI, ce Bureau permettra aux banques d’apporter tout un panel de nouveaux services bancaires à leurs clients en se servant des fondations technologiques déjà créées pour la banque digitale dernièrement lancée, tout en bénéficiant de subventions de la part du ministère des Finances.

Le Bureau devrait notamment permettre de faire baisser significativement les coûts informatiques pour les banques et autres instituts financiers liés à l’élaboration et au développement de systèmes informatiques autonomes, coûts actuellement estimés à plusieurs centaines de millions de shekels.
Là encore, cette baisse significative des coûts devrait permettre la création de nouveaux acteurs.

Autre fait important, la création d’une nouvelle banque en ligne courant mars 2021, après que le fondateur de Mobileye ait obtenu une licence d’exercice de l’activité bancaire en ce sens.

À noter qu’aucune banque n’a été créée depuis 43 ans en Israël ; il s’agit donc là d’un évènement pour le moins exceptionnel.
Autre particularité, cette banque est entièrement en ligne et n’a aucune agence physique pour recevoir ses clients.

Dans le même temps a également été créée une banque sociale du nom de Ofek – Horizon pour les non-hébraïsants – qui a reçu une licence du Contrôleur des marchés financiers pour fournir des services aux épargnants et des solutions de financement.

Elle compte à ce jour 6,500 membres ayant déposé en ces livres la somme de 120 millions de shekels.
La licence délivrée à Ofek lui permettra de fournir une large gamme de services bancaires, notamment la tenue d’un compte-courant, mais aussi de dépôt d’épargnes, de délivrance de cartes de crédit ou encore l’octroi de concours financiers.

Pour le Contrôleur des banques, Yaïr AVIDAN, “la naissance d’une première banque intégralement digitalisée est un précédent historique pour notre pays, et fut un défi de taille pour la BCI permettant enfin d’augmenter la Concurrence sur un Marché en manquant cruellement. Le Bureau que nous avons créé n’en est qu’à ses débuts et devrait sous peu fournir nombre de services supplémentaires”.

Write a comment