Selon Yossi Fraiman, PDG de Prico Group, la faiblesse du dollar américain exige la prise de précautions supplémentaires.

Le shekel semblait être indécis vis-à-vis des principales devises hier matin. Le taux de change shekel / dollar était en baisse de 1,43% par rapport au taux directeur de jeudi dernier (la Banque Centrale d'Israël n’a pas fixé un nouveau taux vendredi en raison de la fête de la Pessah) à NIS 3,7475/$, alors que le taux shekel / euro était en hausse de 0,54%, à NIS 4,2948/€.

Le PDG du groupe Prico, Yossi Fraiman, a écrit dans son analyse du marché hier matin que la faiblesse du dollar américain par rapport aux principales devises, notamment le yen japonais, l'euro et la livre sterling, indique un potentiel important pour l'appréciation du shekel par rapport au dollar. Selon lui, la forte baisse de l'indice du dollar (DXY) par rapport à ses niveaux les plus forts, qui sont de l'ordre de 100 points, à des niveaux en dessous de 93 points (le niveau le plus bas de l'année dernière était d'environ 92,5 points), indique la faiblesse du dollar et exige des précautions supplémentaires. Le renforcement des monnaies qui représentent 74% du panier de devises à partir de laquelle est dérivé le taux de change shekel effectif nominal (la pondération du dollar dans ce panier est de seulement 26%), indique une amélioration des termes d'échange de l'industrie israélienne et l'assouplissement de la pression sur la Banque d'Israël en termes d'interventions dans les opérations d’échange de devises.

" Pour les exportateurs et les autres entités exposées au taux de change shekel / dollar, la baisse de l'indice du dollar les oblige à faire preuve de prudence, comme la Banque d'Israël peut choisir de ne pas intervenir dans le commerce et de laisser le taux shekel / dollar s’affaiblir en dessous du niveau de NIS 3,70 pour la première fois depuis plus de dix huit mois. À notre avis, la Banque d'Israël continuera à acheter des dollars en quantités limitées dans le cadre du programme censé compenser l'effet du gaz naturel sur le taux de change ", dit Fraiman.