impôt

Au cours du seul mois d’avril 2021, l’administration fiscale a perçu 30 milliards de shekels de recettes fiscales.
Il s’agît d’un chiffre historique pour un mois d’avril et d’une augmentation de 30 % par rapport à avril 2019.

Au cours du premier trimestre 2021, l’administration fiscale a perçu 122 milliards de shekels de recettes fiscales, contre 102 au cours du premier trimestre 2020.
La reprise de l’Économie israélienne dépasse largement les prévisions !

Le mois d’avril 2021 est d’ailleurs un mois de records en terme de recettes fiscales perçues au cours d’un mois d’avril.
En effet, et en dépit des fêtes religieuses, l’administration fiscale a perçu 30 milliards de shekels sous forme d’impôts au cours du seul mois d’avril 2021.

Afin de bien comprendre ces chiffres, il convient de les comparer à ceux d’avril 2019, ceux d’avril 2020 n’étant pas représentatifs en raison des mesures de confinement drastiques prises au cours du même mois pour tenter de parer à l’expansion de la pandémie de Covid-19.

Avril 2021 dépasse de loin avril 2019, avec une augmentation de 30 % des recettes fiscales perçues, passant de 26.3 à 30 milliards !
Avec 19 jours de confinement, avril 2020 fut particulièrement faible ; seuls 21.9 milliards de shekels furent perçus au cours de ce mois.

En termes de perspectives, et pour peu que cette lancée ne soit interrompue, le volume d’impôts devrait encore augmenter, principalement en raison de la Consommation, les ménages procédant aux achats qui auraient dû être réalisés au cours de l’année de la Covid-19.

En ce sens, l’administration fiscale prévoit des recettes fiscales pour l’année 2021 qui devraient avoisiner les 330.9 milliards de shekels, ce qui semble largement cohérent au regard des impôts perçus au cours du seul premier trimestre 2021, à savoir 122 milliards de shekels, contre 102 au cours du premier trimestre 2020 ; l’on peut ainsi raisonnablement tabler sur une augmentation des revenus fiscaux de 10 % pour 2021.

L’un des effets bénéfiques de cette « manne » est la réduction du déficit budgétaire qui pourrait réduire la pression en matière de nécessité d’augmentation des impôts au cours des années à venir, mais également de réduction des portefeuilles des différents ministères.

Autre augmentation notable, celle des retraits aux DAB – Distributeurs Automatiques de Billets – mais surtout celle des paiements faits par cartes de crédit.

De fait, au cours du seul mois d’avril 2021, qui fut notamment le mois de célébration de la Pâques juive, mais également celui de la journée de l’Indépendance israélienne, les israéliens ont procédé à des paiements par carte pour un total de 31,838 milliards de shekels, contre 26,679 milliards en avril 2019.

Comparativement à avril 2020, l’augmentation est encore plus nette, avec une augmentation de 60.24 % ; rappelons que ce mois fut le théâtre d’un confinement de fer.

Enfin, et bien que le mois d’avril soit impressionnant, il reste de 10 % inférieur à celui de mars 2021, au cours duquel le total des paiements faits par carte de crédit totalisait les 35,340 milliards de shekels.

Articles similaires

Write a comment