​L’euro se maintient face au shekel

shekel

Ayant connu une augmentation au début de l’année 2018, l’EUR a connu une légère baisse à la fin de la première semaine de 2018 et s’échange à 1 EUR pour 4.15 ILS.
Le dollar continue de baisser face au shekel et s’é​change à 1 USD pour 3.44 ILS.

La tendance amorcée en 2017 se poursuit en 2018 ; de fait, le vendredi 5 janvier 2018, le dollar US a connu une chute supplémentaire face au shekel, à savoir une baisse de 0.08 %, avec un nouveau cours fixé à 1 USD = 3.445 ILS.
L’EUR s’est également affaibli dans le même temps, perdant 0.08 ILS face au shekel avec un nouveau cours fixé à 1 EUR = 4.156 ILS.
Au cours de la première semaine de 2018, le dollar US a perdu 0.50 % face au shekel tandis que l’EUR s’est renforcé de 0.20 %.

Dans son analyse hebdomadaire, le département gestion de Patrimoine de la banque Leumi a souligné que  » le delta entre les taux d’intérêt monétaires des États-Unis et d’Israël devrait continuer à se creuser en 2018. Cette expansion modifie les pressions fondamentales pour l’appréciation du shekel et peut également conduire à une augmentation de la volatilité des taux de changes « .
Avant de poursuivre :  » nous recommandons une exposition aux devises étrangères dans le portefeuille par des participations en actions et des obligations d’entreprises à l’étranger sans couverture de change, en raison du caractère modérateur de l’exposition aux devises sur la volatilité globale des portefeuilles d’investissement « .

À noter que l’affaiblissement du dollar US face au shekel en 2017, s’explique essentiellement par l’affaiblissement du dollar US dans le monde, parallèlement à l’optimisme des marchés financiers.
De fait, l’affaiblissement de sa devise est une véritable manne pour les États-Unis, essentiellement en matière d’exportations : ses produits sont mois chers et donc plus attractifs pour les importateurs.

Dans le même temps, le renforcement du shekel a touché les exportations dites  » classiques  » en Israël. Toutefois, le chiffre global des exportations israéliennes n’a pas été affecté par la vigueur du shekel, notamment grâce aux exportations de la nouvelle industrie, celle de la matière  » grise « , en plein boom en Israël, notamment les starts-ups, développant des applications pour des clients étrangers.

The Marker

Write a comment