Enquête : la régulation met-elle les plus modestes sur la touche ?

régulation

Au cours des dernières années, les fonds d’épargne retraite ont connu nombre de mutations ayant eu pour conséquence de répercuter le risque sur les épargnants ; dans les faits, cela se traduit dans l’implication des épargnants dans des prises de décisions complexes qui peuvent avoir des conséquences funestes pour  les fonds mis en épargne.

Dans le cadre de cette prise de décision, les régulateurs mettent l’accent sur l’importance de la mise à disposition de l’information, de la transparence, mais également de la facilité d’accès à cette dernière, afin de permettre à l’épargnant de prendre des décisions en son âme et conscience et après avoir pu comparer différents produits.

Cette exigence est possible grâce à l’évolution des outils digitaux et informatiques permettant de réaliser toutes ces conditions par le biais de portails en ligne.

La question posée est «  sommes-nous tous égaux en matière d’utilisation des outils informatiques mis à notre disposition ? «, ou posée en d’autres termes «  est-ce que certaines franges de la population sont des laissées pour compte de la régulation en matière de digitalisation de l’information ne pouvant ainsi profiter des avantages prévus par le régulateur pour ces-derniers ?

Afin de pouvoir répondre à cette problématique, une étude a été conjointement menée par l’Université hébraïque et la BCI – Banque Centrale d’Israël – autour d’une opération promue par les régulateurs : «  Montagne d’argent « .

Cette opération lancée en 2013 et promue à la Radio sous le nom de «  Montagne d’argent « , a pour but d’encourager des détenteurs de capitaux mobiliers présents sur des comptes bancaires dormants à transférer leurs fonds sur des comptes bancaires actifs afin que ces-derniers ne soient pas finalement oubliés par leurs détenteurs.

L’étude menée s’est intéressée aux franges de la population ayant entendu parler de l’opération ou ayant tiré bénéfice de cette opération.

En ressort que de nombreux comptes dormants le sont restés et que de nombreuses franges de la population n’ont pas même pris connaissance de cette opération ; la majorité des particuliers ayant pris leurs disposition grâce à cette opération viennent du Centre du pays, de villes privilégiées aux notations socio-économiques élevées et généralement plus âgés que ceux n’ayant pas agis et pourtant éligibles aux conditions de l’opération.

Une étude internet menée sur un échantillon représentatif de la population a mis en lumière que les personnes ayant peu de connaissances en matière de Finance et d’Épargne -retraite, peu sûrs de leur capacité à comprendre les informations mises à leur disposition, ou encore les demandeurs d’emploi ont préféré ne rien faire quand bien même ils avaient entendu parler de cette opération et ce en dépit du fait que l’information mise en ligne fut claire et objective.

D’autres facteurs, tels que l’âge, le sexe, l’année d’Alya, la formation ont également influé et devront rentrer en considération dans les prochaines opérations que les régulateurs souhaiterons promouvoir.

Source : Banque Centrale d’Israel

Write a comment