La Banque Centrale d’Israël tente de freiner la chute de l’EUR et de l’USD

Banque Centrale

Amir YARON, l’actuel Gouverneur de la BCI – Banque Centrale d’Israël – tente de freiner l’échappée du shekel déclarant que le taux directeur ne serait pas revu à la hausse prochainement et ce pour un certain temps.
Il a réagi aux chutes abruptes de l’EUR et de l’USD déclarant que le contexte économique avait changé depuis la dernière décision prise au sujet du taux directeur en date du 8/07/2019.
“Nous disposons de divers outils pour parer à l’augmentation du shekel”.

Le 31/07/2019, Amir YARON, actuel Gouverneur de la BCI, a déclaré que le taux directeur ne serait pas révisé à la hausse dans les temps à venir.
Cette déclaration fait suite et est directement liée aux dégringolades de l’EUR et de l’USD face à l’ILS.
De fait, le cours d’une monnaie, et tout particulièrement les variations de son cours, est étroitement lié aux variations du taux directeur.

Il a par ailleurs rappelé que “lors de la dernière réunion de la commission monétaire qui s’est tenue le 8 juillet dernier, nous avions estimé sur la base des informations que nous avions alors, que le contexte économique permettait d’envisager une augmentation du taux directeur dans un futur proche. Toutefois, à la lumière du contexte actuel, avec les cours de l’EUR et de l’USD s’étant passablement dégradés face au shekel, il ne serait pas raisonnable de revoir notre taux directeur à la hausse. En ce sens, nous n’envisageons pas d’augmentation de ce-dernier dans les prochains temps”.

Avant de reprendre “le cours des devises n’a d’ailleurs pas été la seule surprise depuis notre réunion du 8/07/2019 ; de fait, les résultats décevants de  l’inflation avec une baisse à un niveau de 0.60 % au cours du mois de juin ne correspondent pas à nos prévisions. Par ailleurs, l’on constate au sein des différentes banques centrales une politique expansionniste notamment de la part de la FED, ce qui explique notamment les fortes fluctuations des devises ces-derniers temps et qui ne sera pas sans conséquences sur l’inflation. Ainsi, et à l’aune de ces différents changements, nous ne réviserons pas à la hausse le taux directeur et ce pendant une certaine période. Nous disposons de divers outils dans le cas où cette mesure ne suffirait pas à tempérer la trop forte augmentation du shekel”.

Mais qu’entend le Gouverneur ” par divers outils “?
Par “divers outils” il entend notamment l’ingérence de la BCI dans le marché des devises, qui passe par l’achat massif de devises. Depuis le début 2019, le shekel s’est renforcé d’environ 8 % face aux principales devises soit sa plus forte augmentation jamais connue.
À ce stade, la BCI n’a pas encore donné de signes d’ingérence, toutefois, elle y a déjà eu recours dans le passé ; cette possibilité n’est donc pas à écarter.

Ynet

Articles liés

Write a comment