La Knesset valide l’extension de la loi et met un terme à tout retard des techniciens !

techniciens

Une avancée de taille en matière de services à la personne !
La Knesset vient de valider à l’unanimité en seconde et troisième lectures un projet de loi visant à obliger les livreurs et autres techniciens à indemniser leurs clients en cas de retards.
Cette loi vient palier aux failles qui existaient jusqu’à présent dans la li et dans lesquelles les prestataires de services n’hésitaient pas à s’engouffrer.

Enfin un peu plus d’estime pour les consommateurs !
Qui ne s’est jamais plaint des délais des livreurs ou autres réparateurs et installateurs devant venir entre 8:00 et 13:00 et clouant leurs clients à domicile ?
Sans parler des retards et annulations de ces-derniers !
Le 2/07/2018 c’est à l’unanimité que la Knesset à validé en seconde et troisième lectures un projet de loi venant enfin mettre fin à ces “détentions à domicile” auxquelles étaient contraints ceux sollicitant les services d’un prestataire.

Cette “grâce” fait suite à un avenant à la loi existante de protection des consommateurs qui vient la renforcer.
Dorénavant, les prestataires de services devront indemniser leurs clients en cas de retard, qu’il s’agisse d’installer un appareil ou encore de le récupérer, d’une livraison, d’une vérification des installations (gaz, compteurs et autres), ou encore d’une réparation/vérification dans le cadre d’une garantie avec franchise.
La loi devrait entrer en vigueur sous un délai de 60 jours suivant sa publication, hormis pour les compagnies de gaz ayant demandé une rallonge leur ayant été accordée jusqu’au 1/02/2019.

Actuellement, pour une plage horaire donnée de 2 heures, la loi prévoit que si le prestataire de services a finalement un retard de 2 heures ou plus, le client est en droit de réclamer une indemnité oscillant entre 300 et 600 shekels.
Toutefois, dans les faits apparaît que les prestataires de services refusent d’indemniser ceux qui sollicitent ponctuellement leurs services au motif que ces-derniers n’étant pas clients de l’entreprise la loi n’a donc pas cours pour ces-derniers.
Le nouvel avenant vient mettre fin à cette faille de façon très claire.

Le député ayant promu cette loi a fait savoir qu’il “était temps que les entreprises respectent l’emploi du temps de leurs clients. Il est vrai que nous avions déjà fait loi dans ce domaine, cependant les prestataires de services avaient décidé d’interpréter la loi à leur avantage. Nous entendons avec cet avenant clore le débat et qu’il n’y ait plus de place à l’interprétation “.

Ynet

Articles liés

Write a comment