La politique expansionniste de la FED renforce le dollar

FED

Le 17/06/2019 l’USD enregistrait une augmentation de 0.30 % face à l’ILS avec un cours de 3.61 ILS, tandis que l’EUR connaissait une baisse de 0.20 % avec un cours de 4.04 ILS.
Le fonds d’investissement et de gestion de patrimoine PSAGOT de réagir face à la reprise de l’inflation : “il est complexe dans ce contexte d’imaginer que la BCI puisse augmenter son taux directeur alors que les faits et gestes de la FED et de la BCE – Banque Centrale Européenne – témoignent d’une politique expansionniste”.

Peu avant la décision de la FED en matière de taux directeur devant avoir lieu le 18/06/2019, l’USD se renforce de 0.30 % face à l’ILS et atteint un cours de 3.61 ILS, tandis que l’EUR connait une baisse de 0.20 % avec un cours de 4.04 ILS.
À noter que l’EUR reste stable face aux autres devises, avec un EUR-USD à 1.121 USD ; la Livre Sterling (le Pound) reste également stable avec un cours à 1.259 USD.

Dans ce contexte, la BCI – Banque Centrale d’Israël – aura bien du mal à maintenir sa politique en matière de taux directeur qu’elle souhaiterait réhausser, notamment en raison de la politique menée par la FED, alors qu’elle doit  également faire face à une inflation augmentant plus fortement que les prévisions à savoir 0.70 % au cours du mois de mai 2019 contre des prévisions de 0.50 % et une inflation passant à 1.50 % d’augmentation annuelle, ce qui justifierait en principe une augmentation du taux directeur.

Le principal problème réside dans le contexte économique actuel, avec notamment la FED et la BCE dont les faits et gestes témoignent d’une politique expansionniste.
Selon des analystes financiers, la vigueur du shekel préoccupe suffisamment la BCI pour que cette dernière décide de ne pas toucher au taux directeur tant que les autres banques centrales maintiendront leur politique.
La majorité des économistes américains interrogés tablent sur une baisse du taux directeur de la FED dans les mois à venir et ce à au moins deux reprises.

Jusqu’à présent les marchés ont été relativement sensible aux différentes déclarations de la FED et de ses représentants permettant un marché américain haussier.
Toutefois, les choses pourraient s’accélérer ; de fait, pas plus tard qu’en mars 2019 les marchés prévoyaient une stabilité du taux directeur pour les 6-8 mois à venir, or il est désormais question de la plus forte variation prévisionnelle depuis 2008. La crainte réside dans le fait que les marchés risqueraient de sur-réagir par rapport aux réelles intentions de la FED”.

La probabilité que la FED revoit son taux directeur à la baisse reste toutefois extrêmement forte et fait consensus au sein des différents acteurs du marché économique.

Calcalist

Articles liés

Write a comment