L’Autorité de la Concurrence rejette l’appel des banques Igoud et Mizrahi-Tefahot.

Mizrahi

L’Autorité de la Concurrence a publié les motivations de son opposition à la fusion entre les banques Igoud et Mizrahi-Tefahot.
Elle a par la même émis plusieurs propositions pour améliorer la compétitivité entre les banques.

Le 25/06/2018 les banques Igoud et Mizrahi-Tefahot faisaient savoir leur intention de faire appel de la décision de l’Autorité de la Concurrence leur refusant le droit de fusionner.
Cette annonce fait suite à la publication du refus de l’Autorité de la Concurrence ; elle en a également profité pour donner quelques conseils afin d’améliorer la compétitivité des banques.

1. Les freins psychologiques.
Force est de constater que les consommateurs concentrent leurs activités bancaires au sein de la même banque et ce pour plusieurs raisons : relation de confiance, simplicité et confort, mauvaise compréhension des différents produits bancaires.
Un réel avantage pour le client reste celui de pouvoir bénéficier de réductions en raison de sa fidélité.

Pour les banques, l’avantage est une meilleure connaissance du client, lui permettant de lui proposer des produits financiers adaptés à son profil, mais également une meilleure gestion des risques.
Ce-dernier devrait s’estomper prochainement avec la création d’une base de données consultable par toutes les banques et regroupant les profils des consommateurs.
Reste cependant difficile de concurrencer l’attachement d’un client à sa banque qui ne s’appuie pas sur des éléments tangibles.

2. Menacer de quitter la banque fonctionne !
Selon les vérifications faites par l’Autorité de la Concurrence, les banques améliorent leurs conditions sur demande ; en d’autres termes, n’attendez pas que votre banque prenne les devants en matière de réductions des frais bancaires !
Comparez ou mieux, faites-vous conseiller.

3. Les banques ne sont pas très motivées en matière de nouvelle clientèle.
Les offres proposées aux nouveaux clients ne sont pas assez claires pour ces-derniers et les contraintes pour passer d’une banque à une autre importantes.
Et cela s’en ressent dans les chiffres, notamment en matière de clients passant d’une banque à une autre ; selon l’Autorité de la Concurrence, il est question de 1.5 à 1.8 % au cours des 12 derniers mois.

4. L’importance de l’agence.
Au cours des dernières années, les banques ont tendance à clôturer des agences et à en réduire le nombre ; environ 200 agences ont été clôturées au cours des dernières années.
Seule la Mizrahi-Tefahot a ouvert des agences et s’est donnée pour objectif de devenir la deuxième banque la plus représentée dans les années à venir.
Bien que la technologie permette aujourd’hui de couvrir une large palette de services, l’accès à une agence reste un atout de choix pour recruter de nouveaux clients.

5. Une banque digitale ne changera pas la tendance.
Plusieurs acteurs issus de la Fintech mise sur la création d’une banque digitale.
Or, cette technologie n’en est qu’à ses débuts.
Par ailleurs, ils ont les plus grandes peines à obtenir un permis d’exercer ; ce permis peut demander des délais de plusieurs années qui ne sont pas forcément couronnés de succès.

Globes

Articles liés

Write a comment