Les économistes sont unanimes : ” le shekel restera une monnaie forte pour les années à venir”.

shekel

Après avoir enregistré une légère baisse de 2.80 % sur l’ensemble de l’année 2018, le shekel reprend du poil de la bête si bien que la BCI – Banque Centrale d’Israël – n’a d’autre choix que d’intervenir sur le marché des devises afin d’endiguer sa progression.
Les économistes de la banque Leumi, ” le shekel restera une monnaie forte pour les années à venir”.

Selon les chiffres de la BCI dernièrement publiés, l’ILS continue de se renforcer face aux principales devises au cours du second trimestre 2019, trimestre au cours duquel il a enregistré une croissance de 1.50 %, tandis qu’il enregistrait une augmentation de 3.50 % au cours du premier trimestre.
Ainsi, fin premier semestre 2019, l’ILS enregistre une croissance de 5 % face aux principales devises après avoir connu une légère baisse de 2.80 % au cours de l’année 2018.

Toutefois, l’analyse du second trimestre met en lumière un changement de tendance ; en effet, jusqu’au 20/05/2019 l’ILS n’avait de cesse de se renforcer avec une augmentation de 2.80 % depuis le début du trimestre, avant de connaître une inversion de sa courbe.
Depuis le 20/05/2019, l’ILS a perdu environ 1.20 % face aux autres devises.

Cette baisse n’est pour autant pas un aveu de faiblesse pour l’ILS selon les économistes de la banque Leumi et serait plutôt à imputer aux signaux de la BCI laissant penser qu’elle allait de nouveau s’ingérer dans le marché des changes, et plus particulièrement au cours du mois de mai, probablement en achetant environ 50 millions d’USD et ce afin d’endiguer la croissance de la devise israélienne.
Par ailleurs, ils ajoutent qu’il s’agit de la première intervention de la BCI sur ce marché depuis janvier 2018.

Selon eux, d’autres facteurs devraient toutefois permettre au shekel de continuer à se renforcer telles que des révisions à la baisse du taux de la FED qui selon toutes vraisemblances devraient intervenir l’une pour le troisième trimestre 2019 et l’autre pour le premier trimestre 2020.
D’ailleurs, la simple évocation de ces potentielles baisses avaient doper l’ILS face à l’USD, ainsi que les autres principales devises.
D’autres facteurs, tels que les investissements étrangers grandissant en Israël, la balance positive des exportations du pays ou encore les perspectives de voir Israël intégrer l’indice World Government Bond Index (WGBI), qui suit l’évolution des obligations d’État dans le monde, contribuent également à la vigueur de l’ILS.
Les gisements de gaz une fois exploités et leurs extractions commercialisés ou encore l’essor d’Intel en Israël devrait également contribuer à la vigueur de l’ILS.

Pour toutes ces raisons, les économistes  de la banque Leumi estiment que ” le shekel restera une monnaie forte pour les années à venir”.

Calcalist

Articles liés

Write a comment