Signe d’une économie stable, la note d’Israël renforcée par l’agence de notation Fitch !

fich

L’agence de notation financière internationale Fitch Ratings maintient ses prévisions pour Israël avec des perspectives stables, saluant la croissance soutenue de l’Économie, le faible taux de chômage et l’augmentation des salaires.
Seul bémol : les situations politique et sécuritaire qui plafonnent sa note et entravent une meilleure notation.

L’agence de notation financière internationale Fitch Ratings a validé le 25/03/2019 la nouvelle note d’Israël à savoir A+.
À noter que l’agence Standard & Poor’s avait début février 2019 déjà donné cette note à Israël.
Fitch Ratings maintient ses prévisions pour Israël avec des perspectives stables et appuie sa note sur une balance d’exportations excédentaire, de fortes performances macro-économique et la robustesse de ses institutions.
Le ratio entre PIB et dette publique reste toutefois élevé comparativement à d’autres pays similaires ; par ailleurs, les situations politique et sécuritaire restent préoccupantes.

Les économistes de l’agence soulignent le fait que les données macro-économiques du pays sont pour le moins impressionnantes en 2018 et que l’Économie est au beau-fixe avec une Croissance de 3.30 %, un faible taux de chômage, des salaires en augmentation, tandis que l’inflation reste faible.
Mieux, au cours des 5 dernières années la Croissance est supérieure et plus stable que dans les autres pays similaires.
Selon leurs prévisions, la Croissance devrait rester supérieure à 3 % en 2019 et en 2020.

L’un des points faibles du pays comparé à d’autres pays similaires est sa fiscalité, avec un déficit de 2.90 % en 2018, contre 1.90 % en 2017, et qui devrait atteindre les 3.50 % fin 2019.
Par ailleurs, le ratio entre dette publique et PIB constitue un autre point faible du pays ; ce ratio devrait encore augmenter dans les 2 années à venir selon toutes vraisemblances.
Elle souligne cependant qu’Israël a un excédent annuel dans son compte courant depuis 2003 et s’attend à ce que cet excédent se maintienne en 2019-2020.

Autres points faibles qui limitent la notation du pays : les situations sécuritaire et politique.
Sur le plan sécuritaire, les affrontements avec des groupes terroristes dans les pays et territoires voisins s’enflamment pouvant potentiellement entraîner une augmentation des dépenses ou une dégradation de l’activité économique.
Un apaisement sur ce plan pourrait éventuellement permettre au pays d’avoir une meilleure notation ; de même, un enlisement sur le plan géopolitique pourrait théoriquement entraîner une baisse de sa notation.

Moshé KAHLON, actuel ministre des Finances, a réagi en ces termes : “la notation de notre pays, ainsi que le faible taux de chômage, mettent en lumière la force et la vigueur des Marché et Économie israéliens”, avant de poursuivre “un groupe malveillant fait tout pour ramener notre Économie en arrière et ainsi nuire à la classe moyenne et aux jeunes couples ; je ne les laisserai pas faire. Une Économie forte et saine sert la société et ses citoyens et doit profiter à tous ; pas uniquement aux privilégiés ou à ceux ayant des réseaux”.

Ynet

Articles liés

Write a comment